Athlétisme : le sprinteur kényan Mark Otieno suspendu pour dopage

Le sprinteur Mark Otieno a été officiellement suspendu pour une durée de deux ans pour dopage, a annoncé lundi l’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU), un organisme indépendant créé en 2017 par l’IAAF.

Otieno, triple champion kényan du 100 m, avait été testé positif à la méthastérone, un stéroïde anabolisant, pendant les derniers Jeux olympiques, en juillet 2021 à Tokyo, et en avait été exclu alors qu’il s’apprêtait à disputer les séries du 100 m.

La suspension pour deux ans du sprinteur de 29 ans, avec effet rétroactif, démarre à la date du contrôle, ce qui lui permettra de revenir sur les pistes pour la prochaine saison estivale. L’intéressé, qui a plaidé que l’absorption d’un complément alimentaire contaminé était à l’origine de son contrôle positif, a promis de “revenir en 2023 pour donner le meilleur de lui-même”.

L’AIU a par ailleurs prononcé une suspension de trois ans à l’encontre de deux autres athlètes kényans de moindre renommée, les marathoniens Alice Jepkemboi Kimutai et Johnstone Kibet Maiyo.

Kimutai, vainqueur du marathon de Porto en novembre dernier, a été contrôlée positif à la testostérone le 20 septembre à Kaptagat, dans l’ouest du Kenya. Sa suspension prend effet au 16 novembre 2022.

Maiyo a subi un contrôle positif à l’érythropoïétine (EPO), une autre hormone, le 20 mai dernier au marathon de Kigali. Sa suspension prend effet au 20 juillet 2022.

Le Kenya, réputé pour ses coureurs de fond et demi-fond, est classé depuis 2016 en catégorie A (la plus à risque) sur la liste de surveillance de l’athlétisme mondial et de l’Agence mondiale antidopage (AMA). Les autorités kényanes ont récemment promis d’intensifier la lutte antidopage dans le pays.